L'Afrique Autrement

« Life is Bigger » pour sensibiliser sur l’infertilité masculine et briser la stigmatisation

Il s'agit d'une chanson habilitante, une création de la Fondation Merck pour faire face à l'infertilité en Afrique

La Fondation Merck, branche philanthropique de Merck KGaA Allemagne, a lancé une chanson intitulée « Life is Bigger » afin de briser la stigmatisation autour de l’infertilité en Afrique et dans le reste du monde.

C’est dans le cadre de la campagne de sensibilisation communautaire de « Merck more than a Mother ».

La chanson a été écrite et chantée par Tom Close, un célèbre chanteur Rwandais ; La Fondation Merck poursuit ses efforts de sensibilisation sur l’infertilité et tente d’apporter un changement de culture à travers l’art.

La chanson a été écrite et chantée par Tom Close, médecin et chanteur Rwandais. Dr. Rasha Kelej, CEO of Merck Foundation and President of Merck More Than a Mother, a expliqué : « La chanson communique un message important à la société : non seulement les femmes mais aussi les hommes peuvent être la cause de l’infertilité. Il parle également de la stigmatisation associée à l’infertilité, explique que la vie est plus grande que le fait d’avoir des enfants et transmet le message clé de la Fondation Merck selon lequel une femme est plus qu’une mère et que les hommes sont plus que des pères.

« Je me suis trop amusé à travailler sur cette belle chanson “ Life is Bigger ”avec un chanteur et compositeur prometteur du Rwanda, également un médecin. La chanson aborde la stigmatisation de l’infertilité dans le but de sensibiliser la communauté sur l’infertilité masculine et de sensibiliser la communauté au fait que #MenToo les hommes aussi peuvent souffrir d’infertilité non seulement des femmes, et appelle chaque mari à partager le parcours du traitement de l’infertilité avec son épouse » a ajouté le Dr Rasha Kelej. 

La Fondation Merck a travaillé à tous les niveaux pour amener un changement de culture dans la société africaine et a plaidé en faveur des femmes qui ne peuvent pas avoir d’enfants contre la discrimination, l’isolement et la violence.

« L’art a la capacité et l’influence nécessaires pour faire ressentir le problème, ce qui stimule davantage les émotions et conduit à l’engagement et à l’action. Par conséquent, nous avons utilisé ce moyen pour aborder le problème de l’infertilité en mettant un accent particulier sur l’infertilité masculine pour encourager les hommes à parler de leur infertilité et à se joindre au parcours de traitement avec leur femme. Personnellement, je pense que cette chanson ajoutera une valeur significative pour influencer le changement de culture que nous préconisons » a conclu le Dr. Rasha Kelej.

Avec APO

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.