L'Afrique Autrement

Nigeria : Boko Haram tue au moins 3 militaires et incendie un village dans le nord-est

"Une poignée de terroristes de Boko Haram se sont infiltrés dans le village de Mammanti dans l'État de Borno, avant de tirer des coups de feu pour effrayer les habitants et d’incendier des maisons", déclare l'armée nigériane.

Des éléments de Boko Haram ont incendié un village de l’Etat de Borno, dans le nord-est du Nigeria, faisant au moins deux blessés parmi les civils, a annoncé jeudi l’armée nigériane selon une dépêche de l’agence Turques Anadolu.

L’annonce a été faite dans un communiqué de presse publié par l’armée nigériane en lutte contre Boko Haram depuis 2009, date à laquelle le groupe est devenu violent à la suite de la mort en état d’arrestation de son ancien dirigeant, Mohamed Yusuf..

«Juste avant minuit, le 14 novembre 2018, une poignée de terroristes BHT [terroristes de Boko Haram] se sont infiltrés dans le village de Mammanti sur la route de Damboa dans l’État de Borno, avant de tirer des coups de feu pour effrayer les habitants et d’incendier des maisons», a indiqué l’armée dans un communiqué rapporte l’agence.

‘Les troupes du 251ème Bataillon de la Force opérationnelle ont été rapidement mobilisées pour faire face aux BHT qui ont pris la fuite’, a ajouté le communiqué.

Selon une autre dépêche signée par AFP, l’Agence France Presse, qui cite des sources sécuritaires ce jeudi “au moins trois soldats ont été tués, et plusieurs sont portés disparus, dans une attaque de Boko Haram contre une base militaire située dans le nord-est du Nigeria, .

Des combattants présumés de la faction du groupe de l’Etat Islamique d’Afrique de l’Ouest (ISWAP) ont attaqué mercredi soir la base militaire de la ville de Kareto, à 150 km au nord de Maiduguri, la capitale de l’État du Borno.

Les soldats postés sur la base se sont repliés avant de recevoir le soutien de l’armée de l’air, a affirmé AFP de sources sécuritaires diverses.

Au moins 20 mille personnes, principalement des civils, ont été tuées, tandis que 2 à 3 millions ont été déplacées de leurs foyers dans la région du lac Tchad.

Source: Anadolu

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.