L'Afrique Autrement

Togo: Après le bon classement doing business 2019, Sandra Johnson veut se concentrer sur les défis restants

Au dernier classement, le Togo a fait 19 pas dans le classement général

Sandra Johnson, la conseillère du chef de l’état Faure Gnassingbé, chargée de la cellule de l’amélioration du climat des affaires s’est montrée “rassurante pour l’avenir”  lundi soir face à la presse, dans le sens de la continuité de l’amélioration du climat des affaires au Togo. 

2020 n’est pas loin, et les efforts doivent être constants. Une certitude qui s’est dégagée des déclarations formulées face à la presse.

Après le très bon résultat obtenu dans le classement Doing Business 2019 qui place le Togo au 137e rang mondial (156e en 2018), la plus grande progression enregistrée en Afrique cette année en terme de nombre de places gagné, celle qui a conduit ce processus ne se donne pas du répis.

Elle a indiqué à la presse  que l’un des indicateurs qui demeure pour elle un défi, reste celui du payement des impôts.

“Certes, nous avons fait une progression d’un pas cette année, mais pour nous c’est tellement insuffisant. Parce que nous voulons faire partir des top performer l’année prochaine. Chercher un classement à deux chiffres. Et donc notre 172e rang actuel dans le classement des indicateurs doit être revu au prochain classement” a confié Mme Sandra Johnson.

Au sujet de l’indicateur “paiement des taxes et impôts, le Togo a en effet validé 2 réformes à savoir: la télé-déclaration des impôts sur les sociétés et de la taxe sur la valeur ajoutée et la réduction  du taux d’impôt sur les sociétés.

L’autre défis dont a parlé Sandra Johnson devant la presse, c’est l’exécution des contrats.

Cet indicateur qui a affiché au classement une progression de 6 places (143e en 2018 et 137e en 2019), a vu dans les efforts du Togo, une seule réforme validée par la banque mondiale: la ratification d’une loi réglementant tous les aspects de la médiation en tant que mécanisme alternatif de résolution des conflits.

“Avec l’adoption il y a quelques jours du projet de loi sur la mise en place des tribunaux commerciaux, nous espérons réduire les délais de traitement des dossiers, et donc réduire des faux-frais au niveaux de la justice, avoir des tribunaux commerciaux de référence au niveau mondial” a précisé Mme Johnson

Ces deux points, qui vont cristalliser les attentions de la cellule de l’amélioration du climat des affaires au Togo jusqu’au prochain classement Doing Business 2020, s’ajouteront à une amélioration continue des 4 indicateurs qui ont affichés de bons scores dans le classement mondial 2019. Le Togo ayant poursuivi sans attendre ces résultats les réformes, le Togo peut espérer mieux encore en 2020.

 

Le TOGO encore plus fréquentable

La mise en oeuvre des différents réformes a en effet permis au Togo, selon les conclusions du rapport Doing Business 2019, “de se hisser dans le Top 10 des économies qui ont le plus amélioré leur cadre réglementaire dans le monde”.

2e top performer en Afrique avec ces 6 réformes, derrière le Rwanda, le Togo représente aujourd’hui, la 4e économie la plus attractive de l’espace CEDEAO et 2e économie la plus attractive de l’espace UEMOA devant le Bénin (153e), le Burkina Faso (151e) et le Sénégal (141e).

Le travail collectif a payé, Sandra Johnson n’a pas manqué de remercier la presse pour sa contribution.

Ken LOGO

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.