L'Afrique Autrement

David Gilmour  souhaite voir le Togo devenir « leader dans l’exploitation de la puissance des données ouvertes pour créer la croissance économique »

Les données ouvertes représentent un nouveau vecteur énorme de création de croissance économique.

David Gilmour, l’ambassadeur des états unis au Togo a saisi passé l’occasion de la conférence internationale sur les données accueillie par Lomé ce 30 Novembre pour énumérer quelques recommandations au gouvernement togolais pour arriver à une « révolution des données ».  

Parce qu’avec l’importance sans cesse croissante des technologies numériques, le concept des données ouvertes (‘open data’) est devenu un élément important de la politique publique. Et le gouvernement du Togo a déjà son portail national de données ouvertes (www.opendata.gouv.tg) un outil qui doit servir d’écosystème d’utilisateurs de données, de codeurs et de développeurs d’applications et susciter la création de nouvelles entreprises axées sur les données.

Au-delà, le diplomate américain au Togo pense que le Togo peut faire mieux et a formulé à son intention quatre recommandations en présence de Cina Lawson, Ministère des Postes et de l’Economie Numérique, et d’autres illustres invités à l’ouverture officielle de cette conférence internationale

Parce que, disait-il, pour promouvoir les données ouvertes, le gouvernement devait jouer deux rôles clés: fournisseur et catalyseur.

« En tant que fournisseur, le gouvernement doit régulièrement publier les données et constamment en améliorer la qualité et leur accès. En tant que catalyseurs, le gouvernement devrait s’efforcer de créer un écosystème d’utilisateurs de données, de codeurs et de développeurs d’applications et de créer de nouvelles entreprises axées sur les données » a rappelé David Gilmour

Les Recommandations en extrait des propos de l’Ambassadeur Gilmour

Je cite :

  • « Premièrement, le gouvernement devrait investir dans l’acquisition de compétences en données ouvertes au sein de l’ensemble du gouvernement, y compris aux niveaux régional et municipal. Cela implique d’investir dans la formation et les ressources pour les points focaux gouvernementaux chargés de la collecte des données, ainsi que dans une collaboration constante entre les ministères afin de garantir la mise à jour et le partage des données.
  • Deuxièmement, le gouvernement devrait donner la priorité à la publication des «données de référence essentielles». Il s’agit essentiellement du sous-ensemble de données gouvernementales qui est le plus précieux pour les entreprises de toutes sortes. Des exemples typiques de telles données comprennent les cartes, les bases de données d’adresses, les données démographiques du recensement, les données sur les routes et autres liaisons de transport, les données officielles sur les entreprises enregistrées et les autres entreprises et les données sur les marchés publics. En consultation avec les entreprises, les gouvernements devraient identifier les ensembles de données qui constitueraient les «données de référence essentielles» et devraient ensuite veiller à ce que la publication de ces données soit priorisée.
  • Troisièmement, le gouvernement devrait soutenir activement et incuber l’innovation en utilisant les données ouvertes. Il peut le faire en créant des incitations pour les innovateurs et les entrepreneurs dans des secteurs spécifiques. Aux États-Unis, par exemple, le gouvernement a lancé le American Energy Data Challenge, qui offre 100 000 dollars à la société la plus innovante qui génère des solutions d’efficacité énergétique et d’énergie propre à l’aide de données accessibles au public. Ces défis, associés à un plus grand nombre de portails de données ouverts, stimuleront l’innovation et la croissance économique.
  • Enfin, le Togo devrait sérieusement envisager d’adhérer au Partenariat pour un gouvernement ouvert (Open Government Partnership – OGP), un réseau multilatéral créé en 2011, qui compte désormais 70 pays. Pour y adhérer, les pays doivent créer un plan d’action national qui s’engage à utiliser les données ouvertes pour favoriser une plus grande transparence, générer une croissance économique, responsabiliser les citoyens, lutter contre la corruption et, plus généralement, améliorer la gouvernance ».

David Gilmour s’est dit « fermement convaincu qu’en prenant ces mesures, le Togo se positionnera comme un leader dans l’exploitation de la puissance des données ouvertes pour créer la croissance économique et accélérer le développement ».

Ken LOGO

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.