L'Afrique Autrement

Togo: Boukpessi interdit la campagne de la C14 pour risque de troubles à l’ordre public

Le ministre évoque dans une nouvelle lettre adressée à la coalition "que les leaders de la Coalition ont publiquement indiqué qu’ils empêcheront par tous les moyens la tenue des élections législatives du 20 décembre. Donc le programme de campagne est rejeté.

La journée n’a pas fini sur l’annonce par la coalition des 14 partis de l’opposition togolaise du programme de manifestations destinées à empêcher les législatives du 20 décembre prochain.

Payadowa Boukpessi vient de signifier dans une nouvelle correspondance à la coalition que “leur programme de campagne électorale est interdit pour risque de trouble à l’ordre public”.

Dans sa correspondance citée par le confrère Togo Breaking News, “que les leaders de la Coalition ont publiquement indiqué qu’ils empêcheront par tous les moyens la tenue des élections législatives du 20 décembre. Donc le programme de campagne est rejeté”.

Payadowa Boukpessi avait déjà indiqué en fin de semaine dernière à la coalition dans une correspondance, que les manifestations sont interdites une fois la campagne électorale pour les législatives du 20 Octobre ouvertes.

La C14 n’a pas positionné de candidats sur les législatives prochaines. Elle affirme qu’elle ne boycotte pas le scrutin, mais réclame une reprise totale du processus.

«Les élections prévues le 20 décembre constituent un grave danger pour le Togo. Elles ne doivent pas avoir lieu» a t-elle de nouveau indiqué mercredi en conférence de presse annonçant une série de manifestations dans le cadre de sa campagne pour faire ’empêcher le coup de force électoral contre la feuille de route et les lois de la république’

Boukpessi a aussitôt répondu que cette campagne n’aura pas lieu pour éviter des risques de télescopages des cortèges.

« Vous ne pouvez pas prendre part à la campagne électorale pour les élections du 20 décembre. Par ailleurs, le risque que vos caravanes et cortèges se heurtent à ceux des partis engagés dans la campagne électorale demeure par conséquent fort probable. Ce qui conduirait à un risque très élevé de troubles graves à l’ordre public » a écrit Payadowa Boukpessi.

Cette décision a été prise par Boukpessi, selon la correspondance adressée à la coalition, en se basant sur l’article 16 de la loi N°2011-010 du 16 mai 2011

Aucune nouvelle réaction de l’opposition (C14) pour l’heure.

Noter, qu’à la suite des pères évêques de l’église catholique, les pasteurs des Eglises presbytériennes et Méthodistes en conférence de presse mercredi, ont appelé à un report des élections législatives de quelques mois.

« Nous voudrions, au nom de la primauté de la paix, appeler les autorités compétentes à privilégier la recherche de solutions consensuelles et durables de la crise actuelles et à repousser de quelques mois les élections législatives prévues le 20 décembre » avait déclaré ce mercredi David Mawussi Akotia,  modérateur des Eglises presbytériennes lors d’une conférence de presse à Lomé.

 Le même appel a été lancé dimanche dernier par Aminata Camara, Toungara, vice-présidente du parlement de la CEDEAO.

Ken LOGO

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.