L'Afrique Autrement

Un atelier à Lomé pour une migration de main-d’oeuvre sûr, ordonnée et régulière

L'atelier a regroupé des acteurs non étatique durant deux jours dans la capitale togolaise

Un atelier de formation des acteurs non étatiques sur la migration s’est déroulée à Lomé les 17 et 18 décembre à l’occasion de la célébration mondiale de la journée de la Migration.

Initié par le Réseau Syndical National au Togo sur la Migration, cet atelier qui a renforcé véritablement les capacités des participants sur le sujet, cet atelier a porté sur le thème: “contribution des acteurs non étatiques à la ratification et mise en œuvre des conventions (C97,C143,C189) de l’OIT pour une migration de la main d’oeuvre sûre ordonnée et régulière”.

Pendant deux jours ces acteurs non étatiques (ndlr, des syndicalistes , des journalistes et d’autres  acteurs  de la société civile) ont réaffirmé leur engagement à travailler en faveur la “question migratoire au Togo et en Afrique”.

Dans cette dynamique, ils se sont durant les deux jours imprégnés des textes et lois qui régissent la migration professionnelle ordonnée et régulière selon les normes de l’OIT.

Ils entendent “mettre à profit les résultats positifs de leur lutte commune, pour une migration régulière et utile pour le pays et pour l’Afrique”.

L’idée “d’une synergie d’action  pour minimiser les risques liés à la migration et maximiser les avantages de celle -ci” est jetée au cours de ces travaux” dans le but de travailler à se mettre au service d’une migration utile.

A la fin des travaux, plusieurs recommandations ont été formulées à l’endroit des partenaires techniques et financiers et à l’endroit de l’Etat Togolais.

Ces recommandations portent sur la ratification des conventions de l’OIT sur la migration pour plus d’allègement des difficultés des migrants et surtout ceux Togolais qui se retrouve dans les pays du Golf.

Nicole ATA

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.