L'Afrique Autrement

Togo : La nouvelle législature prendra fonction le 20 Janvier

La 5e législature a officiellement clos ses travaux vendredi 28 décembre à l’occasion de la 9e séance plénière de la 2e session ordinaire de l’année 2018

La 5e législature a officiellement clos ses travaux vendredi 28 décembre à l’occasion de la 9e séance plénière de la 2e session ordinaire de l’année 2018.

Les députés qui sont déclarés élus par la cour constitutionnelle togolaise prendront fonction le 20 janvier 2019 au titre de la 6e législature.

C’est ce qu’a annoncé vendredi 28 décembre, Dama Dramani, le président de l’Assemblée Nationale togolaise au terme de la 9e séance plénière de la 2e session ordinaire de l’année 2018 tenue au nouveau siège de l’Assemblée Nationale Togolaise.

Cette séance du vendredi dernier, mettait fin officiellement au mandat et aux activités de la 5e législature élue en juillet 2013.

Consacrée à l’adoption du projet de lois portant communes au Togo, la séance s’est déroulée en l’absence des députés de l’opposition, membres de la coalition des 14 partis.

Cette coalition qui continue de contester les élections a déjà annoncé courant la semaine dernière des manifestations dans tout le Togo pour le 12 Janvier 2018, pour obtenir des réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales en vue de l’organisation « d’élections législatives libres transparentes et inclusives ».

C’est soit disant que la coalition ne reconnait pas la 6e législature qui se prépare à prendre fonction le 20 Janvier.

De toutes les façons, les anciens s’en vont et les nouveaux sont officiellement connus.

Le président de l’Assemblée Nationale sortante a établi dans un discours de circonstance vendredi soir, un bilan sommaire de cette 5e législature qu’il a présidé.

Au total, nous appuyant sur les mots de Dama Dramani, la 5e législature togolaise aura tenu 11 sessions ordinaires, 12 sessions extraordinaires et 146 séances plénières « consacrées à des discussions législatives, aux questions d’actualité au gouvernement, aux communications gouvernementales et à des nominations ».

Durant toute cette législature, plusieurs initiatives de réformes constitutionnelles qui limitent le mandat présidentiel au Togo ont échoué.

Dama Dramani l’a regretté déclarant que « la législature qui ferme ses portes a été rattrapé par la politique politicienne ».

« Chacun, appelé par des circonstances, n’a fait que défendre becs et ongles, sa chapelle » S’est-il expliqué.

Et il s‘est interrogé pour se répondre ensuite : « Aurions nous pu faire autrement ? Ma réponse est non »

Dama Dramani a enfin formulé le vœu qu’à l’avenir « la donne change… pour voir s’opérer par voie parlementaire les réformes politiques et institutionnelles acceptées et souhaitées par tous ».

Le 20 décembre dernier les togolais ont élus dans des circonstances difficiles marquées par plusieurs appels au boycott de la coalition des 14, des confessions religieuses et des organisations de la société civile togolaise, de nouveaux députés.

Les résultats donnés par la Commission Électorales Nationale Indépendante (Ceni) et confirmés par la cour constitutionnelle, accorde la majorité de 59 députés à l’assemblée nationale pour le parti UNIR au pouvoir, 14 à cinq autres partis de l’opposition (UFC, MPDD, NET, MRC et le PDP) plus 18 qui ont réussi  s’offrir le billet pour l’Assemblée sur des listes indépendantes.

Soit 91 députés, qui feront leur rentrée parlementaire le 12 Juillet prochain.

Ken LOGO

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.