Amener les gouvernements à faire de la couverture sanitaire universelle une priorité : Le Forum des parlementaires Africains sur la Population et le Développement s’engage

D'importants engagements ont été pris à cet effet

Réunis à Kigali au Rwanda du 4 au 7 mars, à l’occasion de la Conférence internationale sur l’agenda de la santé en Afrique (Africa Health 2019), le Forum des parlementaires Africains sur la Population et le Développement (FPA) a fait des constats, pris des engagements et formulé des recommandations pour renforcer le plaidoyer parlementaire en vue d’accélérer des progrès vers la réalisation de la couverture sanitaire universelle (CSU), et ainsi faire de la santé pour tous, une réalité en Afrique.

Reconnaissant que la CSU est une nécessité stratégique pour construire des sociétés  plus saines ; et que les parlementaires ont un rôle-clé à jouer dans la promotion de la santé à travers leur rôle de surveillants en tant que représentants et législateurs, le forum des parlementaires Africains, s’engage à :

  • Ne laisser personne derrière, faire de la CSU la pierre angulaire des ODD et s’assurer que l’ensemble des besoins en matière de santé (y compris la SSR) de toutes les cibles (hommes, femmes, jeunes, populations vulnérables) soient satisfaits.
  • Revoir et renforcer les systèmes de santé, garantir et rendre disponible des ressources financières nécessaires pour la réalisation des politique de santé, et ainsi abolir progressivement les dépenses de santé financés de la poche des populations.
  • Initier le dialogue, combattre les défis de financement de la santé, encourager la hausse des enveloppes de santé et faire de la CSU une priorité budgétaire afin d’atteindre l’objectif des 15% du budget annuel à consacrer aux dépenses de santé
  • Rechercher une approche cohérente et holistique de la santé, promouvoir l’assurance santé sociale de telle façon que chaque personne reçoive des services selon ses besoins et encourager la mise en place de soins de santé primaire pour tous. 
  • Promouvoir des approches qui réduisent des injustices dans le domaine de la santé, protéger particulièrement les handicapés, les marginalisés, les vulnérables, y compris ceux qui sont confrontés aux formes multiples de discrimination basées sur le genre et la sexualité. 
  • Garder l’accès universel à l’immunisation à l’avant-garde des efforts de réduction de la mortalité infantile ; aborder les barrières persistantes dans les systèmes et vaccination et de soins sanitaires, spécialement dans les communautés les plus pauvres, marginalisées et vulnérables.
  • Soutenir la santé communautaire, et s’assurer qu’un système de financement pérenne est prévu pour la formation et la mise en place de la capacité ainsi que les ressources de la communauté et des travailleurs locaux de santé.
  • Accélérer le plaidoyer continu pour l’égalité des genres, ainsi que pour la responsabilisation des femmes, des hommes  et des adolescentes  pour exercer leurs droits relatifs à la reproduction afin qu’ils prennent des décisions bien informées concernant leurs propres vies, y compris l’accès  volontaire  aux services et à planification familiale sécurisés ;
  • Participer collectivement aux niveaux du pays, et globalement à la politique de la couverture sanitaire Universelle (CSU), ainsi qu’à la réalisation des processus de prise de décisions ; 
  • Défendre et partager les preuves, les modèles de la CSU avec nos collègues dans toutes les branches du gouvernement ; et maximiser les opportunités qui rehausseront le niveau, renforceront et harmoniseront les voix de la CSU dans l’espace national, sous régional et continental ; 
  • Encourager les parlements nationaux à se baser sur les lois types élaborées au niveau régional par le biais de processus participatifs, inclusifs et fondés sur des preuves, qui promeuvent la CSU, et à faire pression pour leur intégration dans le contexte local par le biais d’une législation ciblée permettant le cadre de CSU ; 
  • Promouvoir la transparence et la responsabilisation dans les programmes liés à la réalisation de la CSU par les gouvernements, par le biais des fonctions de contrôle et pour garantir l’adoption de budgets publics au parlement sensibilisés aux programmes favorable à la CSU ; 
  • Faire appel d’urgence à toutes les parties concernées; pour respecter les principes de la coopération effective pour le développement, optimiser de plus en plus les efforts, et faire tout ce qui est possible pour travailler avec des systèmes et structures existants aux niveaux national, sous régional, et continental pour la réalisation accélérée de la CSU, comprenant les femmes, les adolescents, les jeunes filles, les enfants et les populations clés.

 La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.