ACP/UE/Accords  Post Cotonou : De la nécessité de conclure les Négociation d’ici Octobre

Les négociations se sont poursuivies ce lundi en Jamaïque sur la troisième partie. La 4e aura lieu en Bruxelles

Ce lundi 15 avril 2019, les négociations pour arriver à un nouvel accord post Cotonou en 2020 se sont poursuivies en Jamaïque en présence de deux parties ACP et UE sous le couvert des deux négociateurs en chef, Neven MIMICA pour l’UE et Robert Dussey pour le groupe ACP.

Les parties ont lancé le troisième cycle des consultations après avoir pris connaissance d’un projet de  texte spécifique à chaque région (l’Union européenne et les pays ACP) d’un projet de squelette pour chacune des régions. Les discussions se poursuivront les 3 et 4 mai prochain à Eswatini toujours en Jamaïque à l’occasion de la 4e étape des consultations.

Mais avant, les parties ont fait le point des évolutions depuis le début des négociations et convenu de traiter rapidement des deux points encore en suspension à savoir : le point « Migration et mobilité » et celui portant « Croissance économique inclusive et développement durable ».

« Les parties ont pris note des progrès réalisés par les équipes techniques depuis leur dernière réunion à Bruxelles en décembre 2018. Nous avons constaté des progrès substantiels et une large convergence sur trois titres : « paix et sécurité, développement humain et social », « développement durable et protection de l’environnement » puis « Changement climatique » avec une orientation sur des priorités stratégiques en vue de parvenir à la fondation du partenariat et de bons progrès sur un autre titre notamment « les droits de l’homme, la démocratie et la gouvernance ».

Des discussions qui ont suivie, il a été convenu que toutes les priorités de la Fondation seraient achevées (c’est-à-dire que 95% du texte soit finalisé et qu’il ne reste que quelques points clés entre parenthèses) avant la quatrième réunion des négociateurs en chef tenue à Bruxelles en mai, en marge du sommet ACP-UE. Réunion ministérielle de l’UE, avec des crochets autour des questions en suspens.

 

Du progrès mais détermination à progresser vite

Depuis le début de ces consultations, les négociateurs ne perdent pas une seule minute. A Kingston, les deux parties ont de nouveau reconnu la nécessité d’accélérer les négociations afin de permettre la conclusion du gros des négociations d’ici l’été 2019.

Les parties ont approuvé la décision de scinder le titre I (des sociétés stables, pacifiques et stables) en deux titres. L’un sur les droits de l’homme, la démocratie et la gouvernance dans des sociétés fondées sur les droits et sur les personnes et l’autre sur la paix et la sécurité.

« Cela facilitera la navigation dans le texte de l’accord et le squelette de la Fondation pourra être ajusté en conséquence » a soutenu Dussey.

Pour les négociations des protocoles régionaux, Robert Dussey a informé l’assistance que les pays ACP ont fourni des informations sur les coordinateurs nommés. Pour l’Afrique, il s’agira d’Eswatini, du Burkina Faso, du Cameroun et d’un autre pays non encore identifié; pour les Caraïbes, c’est la Guyana et pour le Pacifique, les coordinateurs sont la Papouasie-Nouvelle-Guinée et le Samoa.

Les parties ont confirmé que les négociations et le document final sont sur la base d’un accord juridique et que les protocoles régionaux s’appuient sur les fondements.

Ils ont aussi convenu que lors de la 4ème réunion des négociateurs en chef, en mai, les squelettes de chacune des régions devraient être convenus. Il est également prévu que les premiers progrès dans la rédaction du texte des partenariats régionaux soient réalisés, en commençant par les principaux domaines d’engagement.

« Les parties ont convenu que la 4ème réunion des négociateurs en chef sera également le moment de lancer la quatrième série, axée sur la rédaction d’un texte commun sur les parties I, III, IV, V et VI de la fondation (c’est-à-dire comprenant des parties sur les dispositions générales, le cadre institutionnel). -up, moyens de coopération (y compris financement) et dispositions finales » a assuré Dussey.

Une cinquième réunion des négociateurs en chef devrait avoir lieu au cours de la deuxième quinzaine de juillet, pour laquelle une date et un lieu spécifiques seront définis lors de la quatrième réunion des négociateurs en chef en mai.

Ken LOGO

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.